• Envoyer un mail à un ami
  • Imprimer la page

Comment bien donner un médicament à mon enfant ?

Voici quelques informations importantes à connaître et à respecter pour éviter des erreurs et s'assurer de l'efficacité du traitement.

Ne pas mélanger les pipettes / cuillères doseuses

Chaque médicament contient en général dans son emballage tous les éléments nécessaires à son administration (pipette, seringue orale, gobelet ou cuillère doseuse…). D’un médicament à un autre (de même marque ou pas), les graduations et dosages sont différents.

Il faut donc être vigilant et utiliser uniquement le dispositif d’administration fourni avec le médicament, pour éviter un surdosage ou un sous-dosage.

Cela est aussi valable pour certains médicaments d’une même marque, qui selon les tranches d’âge, disposent de pipettes ou de cuillères semblables alors que leurs dosages sont différents.

Veillez bien à toujours ranger la pipette ou la cuillère correspondante dans la boîte du médicament après l’avoir rincée.

> Pour en savoir plus : voir le site de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament

Éviter la confusion entre les produits en dosettes à usage unique

De nombreux produits sont présentés sous la forme de dosettes (unidoses), tels que :

  • des médicaments (collyres ophtalmiques) ;
  • des dispositifs médicaux (sérum physiologique, produits d’entretien des lentilles, eau oxygénée) ;
  • des cosmétiques...

Pour éviter toute erreur, il faut garder chaque produit dans sa boîte d’origine, pour bien l’identifier.
En effet, ces dosettes se ressemblent beaucoup et le nom du produit est écrit en tout petit, il y a donc un risque important de les confondre, ce qui peut entraîner des accidents graves (par exemple en mettant des gouttes de désinfectant dans l’œil de votre enfant à la place de sérum physiologique).

> Pour en savoir plus : voir le site de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament

Éviter les interactions entre plusieurs médicaments

Certains médicaments ne doivent pas être pris ensemble, en même temps ou pendant une même période, parce que :

  • soit leurs principes actifs sont identiques et il y a risque de surdosage ;
  • soit leurs actions ne sont pas compatibles (l’un empêche l’autre d’être actif) ;
  • soit leurs effets indésirables se cumulent.

Il est donc important d’informer le médecin et le pharmacien si votre enfant prend déjà un ou plusieurs médicaments, afin qu’il prescrive ou vous délivre un produit adapté à la situation. Généralement, s’il y a un risque, ils vous posent la question.

A la maison, en cas de doute, vous pouvez consulter la notice d’utilisation qui précise les associations médicamenteuses à éviter (dans la rubrique 2), ou bien demander conseil à votre pharmacien.

Respecter la forme et le mode d’administration

Pour certains médicaments, modifier la forme et le mode d’administration indiqués par le médecin ou sur la notice peut diminuer voire empêcher leur action :

  • il ne faut pas ouvrir une gélule et diluer son contenu dans de l’eau à boire car la gélule protège le principe actif de l’acidité de l’estomac : le médicament sera détruit et inefficace ;
  • il ne faut pas diluer un médicament dans une grande quantité de liquide (un biberon par exemple), parce que si votre enfant ne boit pas tout, il n’absorbera pas la dose efficace de médicament ;
  • il ne faut pas couper en deux un comprimé si le mot « sécable » n’est pas inscrit sur la boîte, même si le comprimé comporte une rainure : le fabricant ne garantit pas que le principe actif soit correctement réparti entre les deux moitiés.

Demandez à votre médecin ou votre pharmacien ce qu’il est possible de faire pour faciliter la prise du médicament par votre enfant. Il existe peut-être sous une autre forme (en sirop, en poudre à diluer, en suppositoire…), ou bien le pharmacien peut adapter sa préparation.

Respecter les doses et la fréquence des prises

La quantité de médicament à donner à votre enfant est toujours indiquée en fonction de son âge et de son poids, que ce soit sur la notice ou sur l’ordonnance du médecin (le poids de votre enfant doit y être noté, c’est obligatoire).

La fréquence des prises est également importante car elle tient compte de la durée d’action du médicament. Elle permet d’avoir toujours une quantité suffisante de principe actif dans le corps pour être efficace.

Pour vous assurer de respecter les doses et d'éviter les oublis, n’hésitez pas à noter la quantité donnée et à quelle heure, surtout la nuit.

Attention :
=> en cas d'oubli, il ne faut pas doubler la dose la fois d'après pour compenser ;
=> si les symptômes ne disparaissent pas après l'administration du médicament (par exemple, votre enfant a toujours plus de 39°C de fièvre), ne lui redonnez pas une nouvelle dose de médicament immédiatement. Demandez conseil à votre pharmacien, ou à votre médecin.

En cas d’automédication

La quantité et la fréquence des prises sont précisées dans la notice d’utilisation du médicament, dans la posologie (rubrique 3). Souvent, le pharmacien écrit ces informations sur la boîte, pour vous aider.

Si le médicament est prescrit par votre médecin

Respectez ce qui est indiqué sur l’ordonnance, même si, parfois, cela contredit la notice (par exemple, une dose plus forte ou un médicament donné à un enfant plus jeune).
Dans ce cas, votre médecin doit vous prévenir et, en cas de doute, n’hésitez pas à le lui redemander. De même, si le pharmacien s’interroge au moment de vous délivrer le médicament, il peut contacter votre médecin pour confirmation.

Faut-il réveiller mon enfant la nuit ?

Ce n’est pas toujours nécessaire. Par exemple, quand la posologie indique « 3 fois par jour », cela signifie 3 fois dans la journée, sans inclure la nuit. Si besoin, votre médecin le précisera sur l’ordonnance. En cas d’automédication, suivez les indications de la notice (rubrique 3), qui précise le nombre de prises et le délai à respecter entre les prises.

Attention :
dans le cas d’un traitement antibiotique pour une infection grave, il est important de ne pas sauter de prise. En cas d'oubli, consultez la notice pour savoir quoi faire (rubrique 3, paragraphe "Durée du traitement").

Prendre un médicament à l’école

Si votre enfant va à l’école, précisez-le à votre médecin pour qu’il adapte le traitement (par exemple avec un médicament à libération prolongée), car il n’est pas possible de prendre un médicament pendant le temps scolaire (sauf en cas de maladie chronique, auquel cas un Projet d’Accueil Individualisé - PAI - peut être mis en place avec l’école).

> Pour en savoir plus, voir le dossier de l’Association Française de Promotion de la Santé dans l’environnement Scolaire et Universitaire (AFPSSU)

Ne pas arrêter le traitement sans avis médical

Même si votre enfant va mieux ou semble guéri, l’arrêt de certains traitements avant la fin peut entraîner un risque de rechute.
Par exemple, en cas de traitement par des antibiotiques ou des vermifuges (contre les vers) : la disparition des symptômes n'est pas un signe que toutes les bactéries ou tous les vers ont bien été éliminés. Il peut en rester quelques-un qui se développeront de nouveau en cas d'arrêt prématuré du traitement.

Certains traitements ne doivent pas être arrêtés brutalement car cela peut provoquer un syndrome de sevrage, voire entraîner une hospitalisation.
Par exemple, en cas de traitement par cortisone sur une longue période.

En l'absence de signes indésirables, si vous souhaitez arrêter de donner un médicament à votre enfant, demandez l’avis de votre médecin.

Dans certains cas rares mais graves, des signes d’alerte doivent vous conduire à suspendre le traitement et à contacter immédiatement un médecin (appeler le 15). Par exemple : en cas d'éruption cutanée, de gonflement, de difficultés à respirer, de sensation de brûlure intense... (se référer à la notice du médicament, rubrique 4)

En cas d’opération chirurgicale programmée

Si votre enfant doit se faire opérer, il ne doit pas prendre certains médicaments, notamment ceux qui fluidifient le sang pendant au moins 10 jours avant l’intervention. Cela vous est précisé par l’anesthésiste et le chirurgien au moment des consultations préopératoires. Si votre enfant prend des médicaments, avec ou sans ordonnance, il est important de les signaler lors de ces consultations.
> Pour en savoir plus sur l'opération, voir aussi le dossier de conseils pour les parents "Mon enfant va être opéré"

Voir aussi

"A quoi faut-il faire attention ?" :
une rubrique dédiée pour expliquer à votre enfant
les précautions à prendre avec les médicaments.