• Envoyer un mail à un ami
  • Imprimer la page

La vie quotidienne avec un plâtre

Il est très important de ne pas mouiller ou humidifier le plâtre, ce qui le fragilise et le rend inefficace. Si c’était le cas, il faudrait le refaire et cela risquerait de prolonger le traitement. De même, le jersey (le tissu placé entre la peau et le plâtre) doit rester bien sec.

Utilisez toujours une protection étanche pour protéger le plâtre : un sac plastique, du film alimentaire ou des protections spécialement conçues pour les plâtres en vente dans les pharmacies.

Même bien protégé, toujours maintenir le membre plâtré éloigné de l’eau : utiliser un gant de toilette bien essoré, prendre une douche rapide sans diriger le jet vers le plâtre ou prendre un bain en maintenant le membre plâtré à l’extérieur de la baignoire. Pour les plus petits, vous pouvez utiliser une lotion nettoyante sans rinçage ou des lingettes pour faire la toilette.

Les déplacements

Si le membre plâtré empêche votre enfant de marcher normalement, l’équipe médicale lui proposera d’utiliser des béquilles (à partir de 7 ans environ) ou un fauteuil roulant. Dans le cas des béquilles, un entraînement est nécessaire et l’équipe soignante s’assure que l’enfant peut monter et descendre un escalier de façon autonome avant de quitter l’hôpital. Mais il faudra sans doute qu’il s’entraîne un peu à la maison avant d’être tout à fait à l'aise pour sortir avec. Si le plâtre est au niveau du bras, on pourra lui proposer une écharpe passée sur l’épaule opposée.

Dans tous les cas, votre enfant doit être très attentif à ne pas abimer ou casser son plâtre. Vous pouvez lui expliquer que si c’était le cas, il faudrait le refaire et cela risquerait de prolonger le traitement. S’il va à l’école, conseillez-lui d’éviter les bousculades dans les couloirs ou à l’heure de la récréation et transmettez ces consignes à son maître ou sa maîtresse et à l’ensemble du personnel de l’école.
Le sport étant, bien sûr, interdit pendant le traitement, votre enfant peut en ressentir une grande frustration mais vous pouvez l’aider à trouver d’autres activités : les jeux de société, la lecture, regarder des films, faire des jeux d’ordinateurs… Et rassurez-le sur le fait que c’est un état temporaire et que les enfants retrouvent très vite toutes leurs capacités motrices.

En vacances

Si vous vous trouvez en bord de mer ou près d’une piscine, les mêmes précautions que pour la toilette sont à prendre. Mais en bord de mer, attention à ne pas utiliser du film transparent spécial micro-onde pour protéger le plâtre car il n’est pas efficace contre les grains de sable.

Les démangeaisons

Votre enfant peut ressentir des démangeaisons sous le plâtre, surtout au début. Même si cela peut être difficile de résister, le mieux est de lui conseiller d’arriver à ne pas se gratter et d’attendre que cela passe. Expliquez-lui les risques de se gratter sous le plâtre car, mieux il comprendra, mieux il pourra accepter de respecter cette consigne.

Voici ce que vous pouvez lui expliquer :

  • plus on gratte, plus cela démange tout comme les piqûres d’insectes,
  • l’utilisation d’un objet trop pointu ou coupant risque de blesser sa peau sans qu’il s’en aperçoive (le port du plâtre diminue la perception de la douleur au niveau de la peau) et peut créer une plaie qu’on ne pourrait soigner sans ôter le plâtre,
  • l’objet utilisé pourrait se casser et se coincer entre le plâtre et la peau ou si c’est un stylo, le capuchon pourrait rester coincé avec un risque d’infection de la peau.

Vous pouvez aussi lui suggérer de se gratter ailleurs, sur le bras ou la jambe qui n’est pas plâtré par exemple, cela peut le soulager.

Si les démangeaisons le gênent vraiment, le médecin peut prescrire un médicament de type antihistaminique qui agit contre les démangeaisons.
Si les démangeaisons sont trop intenses et que vous sentez que votre enfant aura du mal à résister, il vaut mieux l’aider à trouver un objet sans danger pour se gratter. Le mieux est que l’objet soit suffisamment long pour ne pas se coincer sous le plâtre, qu’il soit souple mais solide (du plastique par exemple) et qu’il soit toujours propre.

Le plâtre : une cachette risquée

Les professionnels qui retirent les plâtres aux enfants font quelquefois de drôles de trouvailles : perles, billets de banque, pièces, petits éléments de jouets…
En effet, les enfants oublient ou n’osent pas toujours dire à leurs parents qu’un objet est coincé sous leur plâtre surtout si ce sont eux qu’ils l’ont introduit volontairement. Or, tous ces objets peuvent générer des lésions de la peau, parfois graves et il est donc important que vous demandiez à votre enfant de vous en informer immédiatement si cela arrive. Pour le rassurer, vous pouvez lui dire que pour vous le plus important est sa santé et non de sanctionner sa «bêtise».