Mon enfant a des soucis dans la tête

Enfants (petits ou grands), parents, tout le monde peut avoir des soucis : c’est normal, cela fait partie de la vie. Et pourtant, il n’est pas toujours facile d’en parler avec ses enfants ou de demander de l’aide aux professionnels quand les difficultés commencent à prendre trop de place dans la vie de la famille ou dans celle de l’enfant. Voici quelques pistes pour vous guider…

 

 

Aider votre enfant face aux soucis de tous les jours

Les soucis, les erreurs, les conflits, les peurs, les difficultés… Vous ne pourrez pas éviter ces expériences désagréables à votre enfant. En apprenant à surmonter ses peurs (du noir, de la séparation, des petites bêtes…) et les difficultés de tous les jours, il grandit ! Dans cet apprentissage, parfois difficile, vous avez un rôle à jouer.

Parler des difficultés mais aussi des bons moments

Grand-père est à l'hôpital.

S’il est essentiel de ne pas lui cacher les moments difficiles traversés par la famille (maladie, décès…), il est important aussi d’essayer de ne pas parler que des soucis (matériels, financiers, au travail, à l'école, actualités à la télé…) et d’arriver à mettre en valeur les bons moments de la vie.

Par exemple, lorsque vous êtes réunis, vous pouvez de temps en temps, inviter chacun à évoquer trois choses agréables qui se sont passées dans la journée.

Vous pouvez aider votre enfant à comprendre ses émotions et à faire la différence entre elles à les nommer. Elles sont naturelles et il est normal d’avoir des émotions parfois très différentes dans la même journée (peur, joie, tristesse, colère, inquiétude…).

 

Aider votre enfant à trouver des solutions

Pour surmonter les soucis au quotidien, chacun fait à sa façon. Très tôt, l’enfant invente des « petits trucs », des façons de faire face aux difficultés mais il n’en a pas forcément conscience…

Vous pouvez l'aider à les repérer et à s'appuyer sur celles qui fonctionnent bien, à en trouver de nouvelles. Par exemple certains enfants anticipent, posent beaucoup de questions alors que d'autres préfèrent vivre l'instant présent.

Vous pouvez aussi l’encourager et le féliciter lorsqu’il arrive à surmonter ses difficultés. Ainsi, en se connaissant mieux, il aura davantage confiance en lui et dans ses propres capacités à faire face aux soucis de tous les jours.

Inciter votre enfant à parler de ce qui le préoccupe

Je ne peux pas deviner ce que tu penses

Les enfants pensent souvent que les adultes lisent dans leurs pensées. Vous pouvez lui expliquer que vous ne pouvez pas savoir ce qu'il pense, certes vous pouvez parfois le deviner, mais ses pensées lui appartiennent.

Prendre, chaque fois que cela est possible, un temps (même court) pour parler avec votre enfant de ce qui lui est arrivé dans la journée, de ce qui le préoccupe est un bon moyen pour rester à l‘écoute.

Lire avec lui le livret « J’ai des soucis dans la tête… Et si on parlait ensemble ? » peut être un moyen de lancer la discussion, de repérer ou de comprendre certains de ses soucis.

Très souvent ce dialogue et cette attention vous permettront de trouver avec votre enfant des solutions ou de désamorcer des situations difficiles. Mais quand un souci commence à prendre trop de place dans sa vie, vous pouvez chercher de l’aide.

 

Quand les soucis sont trop envahissants

Lorsque les soucis de votre enfant prennent trop de place dans sa vie, il devient nécessaire de faire appel, en fonction du problème, à des professionnels qui sauront l'aider à traverser cette période difficile.

Comment repérer des soucis envahissants ?

Laure n'arrive pas à s'endormir en ce moment, je me demande si elle n'est pas inquiète

Quels que soient les soucis que rencontre votre enfant, c’est leur répétition, leur intensité, leur installation dans la durée qui constituent un signal.

Vous pouvez aussi être alerté par une personne qui s'occupe de votre enfant, comme son enseignant, des amis proches, son animateur du centre de loisir...

Qui contacter pour trouver de l'aide ?

Lorsque cela devient nécessaire, et en fonction du problème, vous pouvez trouver de l’aide auprès du Réseau d’Aide aux Enfants en Difficultés (les RASED présents dans les écoles), et auprès d’associations de soutien aux familles.

> En savoir plus sur les RASED

Vous pouvez aussi vous tourner vers les professionnels de santé qui suivent votre enfant (le généraliste, le pédiatre, le médecin scolaire, le centre de PMI…) : ils vous conseilleront une structure ou une personne adaptée, (orthophoniste, psychomotricien, psychiatre, psychologue…).

Ces professionnels travaillent en réseau et se connaissent bien : c’est pour vous l’assurance de rencontrer quelqu’un de compétent qui travaille avec les enfants.

> Voir le chapitre "Les différents psys"

 

Chez le psy comment ça se passe ?

Les premiers rendez-vous

Bonjour Sarah, je suis là pour vous aider toi et tes parents. Sais-tu pourquoi tu viens me voir ?

Rencontrer un "psy" ne signifie pas toujours entrer en thérapie. Dans un premier temps le “psy” fait le point avec vous lors d’une ou plusieurs rencontres, le temps d’échanger, de comprendre ce qui se passe.

En général, le premier entretien a lieu avec votre enfant en votre présence. Le psy peut aussi vous rencontrer séparément. Lors de ces premiers contacts, il peut faire faire à votre enfant des “tests psychologiques”, lui proposer de dessiner…

En fonction du bilan, le "psy" peut :

  • vous rassurer et estimer que la situation n’est pas inquiétante et qu’il n’est pas nécessaire qu’il revoie votre enfant,
  • proposer de revoir votre enfant une ou deux fois ou de refaire un bilan dans plusieurs mois,
  • proposer à votre enfant de suivre une psychothérapie.

Si votre enfant doit suivre une psychothérapie

Les professionnels utilisent une ou plusieurs approches et les adaptent pour les enfants : les thérapies comportementales et cognitives, les thérapies familiales, la psychanalyse, la relaxation, l’hypnose…

> voir "Les principales psychothérapies"

Le psy peut recevoir votre enfant seul, avec la famille, dans un groupe d’enfants… Il est parfois difficile d’oser demander au psy des précisions sur sa façon de travailler. Pourtant, n’hésitez pas, il répondra à vos questions.

Éventuellement, si votre enfant consulte un psychiatre, ce dernier peut lui prescrire des médicaments (seul un psychiatre, qui est médecin, peut le faire).

Lors des premières rencontres, si vous ou votre enfant “n’accrochez pas” avec la personne conseillée, n’hésitez pas à retourner voir le médecin qui vous l’a recommandée pour en parler et trouver un autre professionnel. Il est important que votre enfant se sente à l’aise et en confiance avec la personne qui va s’occuper de lui.
 

 

Aller voir un psy : pas si facile !

J'ai pas besoin d'y aller, j'suis pas fou !Que ce soit parce qu’une institution (école, justice..) vous incite à consulter ou parce que vous faites vous-même la démarche, décider qu’il faut faire appel à un psy puis prendre un rendez-vous reste difficile pour la majorité des parents. C’est normal.
 
Il faut du temps pour se faire à l’idée, pour se mettre d’accord au sein du couple et trouver l’énergie d’y aller. Et, lorsque la décision est prise, vous pouvez être découragé par les délais d’attente parfois longs avant d’obtenir un rendez-vous…

Et puis, le mot “psy” fait encore peur (peur de la folie, de la maladie mentale, de l’asile…). Pourtant, avoir des soucis, des difficultés ne veut pas dire être fou ! Et aller voir un psy avec son enfant ne veut pas dire qu’il devra raconter sa vie dans les moindres détails pendant des années.

Peut-être craignez-vous que consulter un psy “remue” des choses en vous, dans votre couple, dans votre famille… Il se peut effectivement que cette consultation vous déstabilise un peu au début mais cette démarche est souvent bénéfique et constitue une véritable aide pour votre enfant comme pour vous.
 

 

Les principales psychothérapies

Le terme thérapie (le soin) désigne les différentes techniques de psychothérapie.

Les professionnels utilisent parfois plusieurs de ces approches et les adaptent pour les enfants. Voici très schématiquement les différences entre ces différentes approches, qui peuvent vous servir de base pour vous renseigner, échanger avec un psy et mieux comprendre la façon dont il envisage de suivre votre enfant.

La psychanalyse et les psychothérapies analytiques

Le but est de mettre à jour les conflits inconscients d’une personne, par une “cure de parole”. Pour les enfants, ces thérapies utilisent des moyens d’expression très variés : dessin, jeux, modelage, etc.

Les thérapies comportementales et cognitives

Il s’agit de modifier progressivement, par de petites expériences, les conduites et les représentations (les façons de voir) de la personne.

Les thérapies familiales systémiques

Elles considèrent que les problèmes psychologiques d’une personne trouvent aussi leur source dans les relations qu’elle entretient avec sa famille et son entourage et consistent à les modifier.
 

 

Les différents « psys »

Le psychiatre

C’est un médecin qui a choisi de se spécialiser en psychiatrie. Ses interventions sont remboursées par la sécurité sociale. Le pédopsychiatre est un psychiatre qui a choisi de travailler auprès d’enfants ou d’adolescents. Parce que le psychiatre est médecin, il est le seul “psy” qui peut prescrire des médicaments à un enfant mais seulement dans certaines situations très précises.

Le psychologue

C’est un professionnel formé pendant au moins 5 ans à la psychologie à l’université. Dans certains centres (à l’hôpital, à l’école, dans les Centres Médico-Psychologiques ou Pédago-Psychologiques), ses interventions sont gratuites car elles sont prises en charge par l’établissement. Ce n’est pas le cas quand il exerce dans un cabinet privé. Le psychologue scolaire peut faire un bilan psychologique de l’enfant, mais pas une psychothérapie.

Le psychanalyste

C‘est une personne (en général un psychologue ou un psychiatre) qui a suivi une formation psychanalytique et qui a fait lui-même une analyse (voir "la psychanalyse" dans les principales psychothérapies).

Le psychothérapeute

C’est une personne qui propose une forme de psychothérapie (voir "Les principales psychothérapies"). Pour user de ce titre il doit être inscrit au registre national des psychothérapeutes. Il n’est pas remboursé par la sécurité sociale

Où peut-on consulter un « psy » ?

  • Chez lui à son domicile ou dans un cabinet (en libéral),
  • dans des structures du service public :
    • Centre de protection Maternelle Infantile (PMI) (jusqu’à 6 ans),
    • Centre Medico Psychologique (CMP),
    • Centre Medico Psycho Pédagogique (CMPP),
    • Centre d’Action Médico Sociale Précoce (CAMSP),
    • Centre d’Adaptation Psycho Pédagogique CAPP (à Paris),
  • à l’école via le Réseau d’Aide aux Enfants en Difficultés (RASED),
  • à l’hôpital, dans un service de psychiatrie ou un autre service.

 


Auteur

Françoise Galland, directrice et co-fondatrice de l'association SPARADRAP.

Avis
Vous souhaitez réagir sur ces textes, proposer des ajouts, des modifications, nuancer certains propos… N’hésitez pas à nous contacter via le formulaire de contact ! Vos remarques sont les bienvenues et elles seront précieuses pour améliorer ou actualiser ces conseils et ainsi, vous aider au mieux.

Mise à jour : septembre 2018

Documents

Guide J'ai des soucis dans la tête

Voir le détail

Guide Et toi, comment tu vas ?

Voir le détail

Bibliographie

> Les livres sont classés par public, puis par date de parution.
> Les titres suivis d'un * sont épuisés, mais ils peuvent être trouvés d'occasion ou empruntés dans certaines bibliothèques.
Si vous avez connaissance d'un titre qui n'est pas dans la liste, n'hésitez pas à nous le signaler via le formulaire de contact.

Mise à jour : septembre 2018


Sommaire

> Enfants de 2 à 5 ans

> Enfants de 6 à 9 ans

> A partir de 10 ans

> Pour les parents



Enfants 2 - 5 ans

Je t'aimerai toujours, quoi qu'il arrive
Debi GLIORI, éditions Gautier-Languereau / Le petit Gautier, 2016
L’indéfectible amour des mamans. Petit Renard est inquiet car il craint de ne plus être aimé de sa maman s’il fait trop de bêtises… Mais sa maman lui explique que leur amour durera toujours… quoi qu’il arrive !

ABC des Tracas
Anne-Margot RAMSTEIN, Matthias AREGUI, éditions Albin Michel Jeunesse, 2011
Cet abécédaire ne s'intéresse qu'aux tracas, petits maux et soucis légers : il n'utilise pour cela que le jeu, l'humour et la poésie.

Ne t'inquiète pas, Petit Ours
Greg FOLEY, éditions Circonflexe, 2010
Chenille est devenue la nouvelle amie de Petit Ours. Un jour, elle a tissé son cocon et s'est accroché à un arbre. Petit Ours s'inquiète pour son amie : ne va-t-elle pas s'envoler avec le vent ? N a-t-elle pas trop froid ? Et puis un jour, Petit Ours retrouve le cocon par terre, vide. Où est passé Chenille ?

La peur
Catherine DOLTO ; Colline FAURE-POIREE ; Frédérick MANSOT (Illustr.), éditions Gallimard / Mine de rien, 2008
Les grandes et les petites peurs nous aident à devenir grands.

Les colères
Catherine DOLTO ; Colline FAURE-POIREE ; Frédérick MANSOT (Illustr.), éditions Gallimard / Mine de rien, 2006
Quand on a une grosse colère, on sent des choses très fortes dans son cœur et ça fait mal. Les grandes personnes disent qu’on fait un caprice, mais parfois il y a des choses vraiment pas justes pour nous, les petits ! Une colère, ce n’est pas facile à vivre. Pourtant, les colères finissent toujours par s’en aller et quand on les comprend, ça aide à grandir.

Chez le psy
Catherine DOLTO ; Colline FAURE-POIREE ; Frédérick MANSOT (Illustr.), éditions Gallimard / Mine de rien, 2005
Parfois, on a l’impression que tout va mal et même si on aime beaucoup ses parents, il y a des choses qu’on n’arrive pas à leur dire. Alors, mine de rien, aller voir un psychothérapeute, ça aide à aller mieux, à aimer la vie et les gens.

Le nuage de Nadine Souci *
Josée PLOURDE, éditions Les 400 coups, 2005
Un jour, Nadine se réveille avec un nuage obstiné au-dessus de la tête. L'auteur raconte avec poésie un tout petit moment de la vie d'une petite fille, qui vivait jusqu'à ce jour dans le plus charmant des villages, avec un papa parfait et une adorable maman. Sauf qu'il y a ce nuage...

 

Enfants de 6 à 9 ans

Billy se bile
Anthony BROWNE ; Elisabeth DUVAL (Trad.), éditions L'école des loisirs, 2006
Billy se fait de la bile. Tout l'inquiète, surtout ce qui n'existe que dans son imagination. Et malgré les câlins rassurants de ses parents, il en perd le sommeil...Une nuit, Billy se confie à sa mamie qui lui apporte, dans le creux de sa main, un remède aussi étonnant qu'efficace !

Chez le psy
Catherine DOLTO-TOLITCH ; Colline FAURE-POIREE ; Frédérick MANSOT (ill), éditions Gallimard jeunesse / Mine de rien, 2005
Il arrive parfois que les choses ne tournent pas rond chez les enfants et l'aide d'un spécialiste peut s'avérer utile pour les aider à y voir plus clair et à se sentir mieux. Catherine Dolto et Colline Faure-Poirée évoquent le mal-être que peuvent ressentir les plus jeunes et décrivent toutes les étapes de la rencontre avec ce spécialiste. Un petit livre cartonné qui rassure et permet de dédramatiser certaines situations !

Blaireau a des soucis
Hiawyn ORAM, éditions Gallimard jeunesse, 2002
Blaireau n'a pas le moral ! Lui, le compagnon fidèle, toujours prêt à venir en aide à ses amis, aurait bien besoin que l'on s'occupe de lui.

Lili va chez la psy
Serge BLOCH ; Dominique de SAINT MARS, éditions Calligram, 2001
Cette histoire de Max et Lili apprend qu'un enfant peut être mal dans sa peau, mal dans sa tête, mal dans son coeur, sans savoir pourquoi. Il a mille façons de le montrer : mauvaise humeur, tristesse, sommeil difficile, mauvaises notes ou pipi au lit... Un psy (psychologue, psychanalyste ou psychothérapeute) peut aider à trouver les mots pour en parler, pour s'aimer un peu plus soi-même. Et toute la famille peut reprendre confiance...

Manu et le psy *
Éric ENGLEBERT, éditions Grasset jeunesse, 2006
Un pédiatre propose son expérience et sa connaissance des petits maux des enfants pour les aider à grandir. Il évoque ici l'incapacité à partager ses problèmes et la peur d'aller voir un psychologue. Le petit Manu est triste et angoissé, ses résultats scolaires et sportifs s'en ressentent. Il pense que le psy est pour les fous mais son meilleur ami le rassure et le conseille d'y aller.

 

Enfants à partir de 10 ans

Un psy pourquoi en voir un ? *
Sofia MARTIN ; Gaëtan de SEGUIN (ill.), éditions La Martinière jeunesse / Hydrogène, 2005
En trois chapitres, ce documentaire se propose de répondre au mieux aux questions que se posent les adolescents au sujet d’une séance chez le psychologue.

Anastasia, demande à ton psy ! *
Roman traduit de l'anglais par Agnès DESARTHE, éditions l'Ecole des loisirs, 1990
Anastasia est bien la seule à devoir supporter des parents qui refusent de faire des choses civilisées, comme jouer au bridge, par exemple. Elle est aussi la seule à devoir supporter un petit frère de trois ans surdoué et tourmenté. Pourquoi faut-il que ce soit elle qui ait à se débrouiller avec des gens aussi bizarres que ça ? Mais un jour, elle comprend que c'est elle-même qui est bizarre... Alors Anastasia prend ses propres intérêts en main : pendant la plus grande partie de son année de quatrième, elle suivra une thérapie avec le plus célèbre docteur du monde, Sigmund Freud en personne.

 

Pour les parents

Mon enfant chez le psy
Fany COHEN-HERLEM, éditions Pascal, 2012
Un livre pour aider les parents à comprendre ce qui se passe chez le psy et à en parler avec leur enfant s'il doit y aller.

Petits tracas et gros soucis de 8 à 12 ans
Christine Brunet, Anne-Cécile Sarfati, LGF/Livre de Poche, 2011
Ce livre aborde toutes sortes de questions concernant les 8-12 ans : plus vraiment des enfants, pas encore des adolescents... Les réponses sont regroupées par grandes parties telles que : autorité, discipline, limites d'éducation, argent de poche, vêtements. Ex : Il n'arrive pas à faire ses devoirs tout seul, Elle veut s'habiller en Lolita, Il veut aller vivre chez son père, Elle se trouve trop grosse...
Des conseils pratiques facilement applicables dans la vie de tous les jours.

Petits tracas et gros soucis de 1 à 7 ans - Quoi dire, quoi faire
Christine Brunet, Anne-Cécile Sarfati, LGF/Livre de Poche, 2010
A travers près de 100 questions traitant de tous les aspects de la vie quotidienne des enfants, les auteurs indiquent concrètement quoi dire et quoi faire dans des situations délicates comme : il va entrer à la maternelle et il n'est toujours pas propre ; il a volé une babiole dans un magasin ; il refuse de s'habiller seul ; il ment ; son grand-père est mort ; le chômage s'annonce... A la fin de chaque chapitre, des pistes de lecture pour les parents et les enfants.

Troubles "dys" de l'enfant
Sandrine BROUSSOULOUX ; Valérie CAPUANO-DELESTRE ; Dr Pascale GILBERT ; Dr Brigitte LEFEUVRE ; Fréderique LEFEVRE ; Dr Jeanne-Marie URCUN, éditions Inpes / un guide pour les parents, 2010
Cette brochure s’adresse aux parents d’un enfant chez qui un trouble cognitif vient d’être diagnostiqué (dyslexies, dysphasies, dyscalculies, dyspraxies, dysorthographies, troubles de l’attention…). Elle leur apporte des points de repères pour accompagner l’enfant dans sa scolarité et présente les différentes structures d’accueil et les professionnels du champ.
> Téléchargeable sur le site de Santé Publique France