Comment aider mon enfant lors d'un soin

Que ce soit à l’hôpital ou parce que le médecin de votre enfant l’a prescrit, il peut être nécessaire de lui faire un examen de santé, un soin ou un prélèvement (prise de sang, radiographie, échographie, ponction lombaire, pose d’une perfusion, changement de pansement, points de suture, pose ou retrait d’un plâtre…). La préparation de votre enfant et le déroulement du soin ou de l’examen va dépendre de son l’âge mais aussi de ses expériences passées avec le monde médical. Quel que soit le cas de figure, voici quelques conseils pour vous aider à accompagner votre enfant.

 

 

Ce que vous pouvez faire avant le soin

Tenir compte des expériences passées de votre enfant

  • Si c’est sa première expérience, il n’a pas d’à priori négatif et c’est important de faire en sorte que cela se passe le mieux possible et ainsi enclencher une spirale de confiance…
     
  • Si les expériences précédentes ont été positives, il s’agira d’entretenir ce capital de confiance.
     
  • Si les expériences antérieures ont été négatives, il faut essayer de tenir compte des appréhensions de votre enfant et trouver des solutions pour le rassurer, l’accompagner et inverser la spirale. En effet, banaliser et nier ses appréhensions risquerait de renforcer ses inquiétudes.

Nouer une relation de confiance avec les professionnels de santé

Rencontre de l'anesthésiste - Extrait du guide "Je vais me faire opérer. Alors on va t'endormir"Les médecin ou les soignants peuvent impressionner votre enfant car ils emploient parfois des mots compliqués et des instruments étranges, ils touchent le corps… Il est important que votre enfant se sente à l’aise, en confiance avec les personnes qui vont s’occuper de lui.

Cette relation de qualité sera plus facile à établir si vous-même faites confiance à l’équipe qui suit votre enfant. Le fait de déléguer momentanément une partie de vos responsabilités parentales à des professionnels de santé n’est pas toujours facile. Mais dans tous les cas, vous avez un rôle important à jouer et ce sont vos efforts, conjugués à ceux des soignants, qui aideront votre enfant.

Le fait d’avoir confiance dans les compétences et les qualités humaines des personnes qui vont s’occuper de votre enfant ne vous interdit pas de bien vous informer sur la façon dont va se dérouler l’examen, le prélèvement ou le soin, pour anticiper au mieux les difficultés que votre enfant risque de rencontrer et pouvoir l’aider si nécessaire.

Être bien informé : votre enfant et vous-même

"On va te faire une piqûre" - Extrait du guide "J'aime pas les piqûres"Il est important de vous assurer que votre enfant a compris pourquoi il fallait faire cet examen, à quoi il sert et comment il va se passer. Même s’il est encore petit, il peut comprendre, selon son âge, ce que les soignants vont lui faire. Cela l’aidera à anticiper, à mieux maîtriser ses sensations lors de l’examen.

L’importance d’expliquer est encore plus grande si l’examen risque d’être difficile ou douloureux pour votre enfant. En effet, il est plus facile pour un enfant d’accepter des contraintes s’il comprend le sens de l’effort qu’on lui demande : rester à jeun, la séparation d’avec les parents, l’immobilisation, les effets indésirables…Vous pouvez insister sur la nécessité de faire ces examens pour bien le soigner et/ou les bénéfices qu’il en retirera par la suite.

Certains enfants posent spontanément beaucoup de questions, mais d’autres pas. Si vous avez le sentiment que votre enfant ne souhaite pas s’informer sur le sujet, n’insistez pas, si vous êtes vous-mêmes informés, vous saurez le moment venu, lui expliquer ce qui se passe si nécessaire.

Dans certains services, les équipes soignantes utilisent des poupées accessoirisées ou des marionnettes pour montrer à l’enfant comment va se dérouler le soin, comment il sera installé, il peut parfois manipuler lui-même le matériel médical et c’est très efficace.

Des documents existants peuvent vous aider à trouver des mots simples pour lui expliquer ou réexpliquer ce que les soignants lui ont déjà dit sur les différents examens. Vous pouvez aussi vous renseigner auprès de l’équipe soignante sur les « outils » dont elle dispose pour compléter ou reprendre ce travail d’information : films, diaporama, expositions photo, livres…

> Voir en bas de cet article une sélection des documents SPARADRAP, feuilletables gratuitement.

Encouragez votre enfant à vous poser des questions pour mieux comprendre ses éventuelles appréhensions. Est-il content, serein ou plutôt inquiet ? Proposez-lui de préparer ensemble ce que vous allez dire ou demander aux soignants. Il n’y a pas de questions idiotes ou inutiles ! N’oubliez pas qu’entre 2 et 5 ans, les enfants pensent souvent que les adultes lisent dans leurs pensées et qu’ils peuvent donc deviner ce dont ils ont besoin, envie... Évitez toujours le mensonge et la banalisation.

> Voir une liste des questions que vous pouvez poser à l'équipe soignante

Les séparations

"Serre moi bien la main" - Extrait du guide "Jaime pas les piqûres"C’est sans doute ce qui est le plus difficile pour les enfants. Les enfants et principalement les plus jeunes tiennent à ce que leurs parents restent avec eux. En effet, un jeune enfant n’a pas la notion du temps et il peut se sentir abandonné au moment même où il aurait besoin de l’aide ou du réconfort de ses parents. Les adolescents peuvent également vouloir être accompagnés pour se sentir soutenus en cas de besoin.

Que faire si vous souhaitez rester mais que l’équipe soignante vous en décourage ?

Voici les motifs les plus couramment invoqués pour ne pas vous autoriser à rester présent et des propositions de réponses :

  • « Vous allez gêner le travail des soignants » : vous pouvez rassurer les soignants sur le fait que vous serez attentif à leurs contraintes, que vous resterez discret, éventuellement en retrait, mais que vous pourrez au moins parler à votre enfant pour le rassurer s’il rencontre des difficultés. Que votre seule intention est de vous sentir utile et d’aider au maximum votre enfant.
  • « Vous risquez de transmettre vos inquiétudes à votre enfant » : votre inquiétude est légitime, il s’agit de votre enfant. Néanmoins si cette inquiétude est trop forte, et qu’elle ne s’estompe pas malgré des explications données par l’équipe soignante, elle peut effectivement nuire au soutien de votre enfant et dans ce cas, il est sans doute préférable que vous ne soyez pas présent. Vous pouvez alors demander à votre conjoint ou à une autre personne de confiance d’accompagner votre enfant.
  • « C’est impossible pour des raisons d’hygiène » : les questions d’hygiène, d’asepsie (méthodes pour éviter les infections), sont souvent évoquées pour écarter les parents. Vous pouvez rassurer les soignants sur le fait que vous respecterez scrupuleusement les consignes imposées, c'est-à-dire les mêmes que celles imposées aux membres de l’équipe soignante : lavage des mains et si nécessaire, port d’une tenue spécifique (chaussons, masque).
  • « C’est interdit par le règlement » : il n’existe pas de textes officiels qui empêchent cette présence. Au contraire, les principaux textes (circulaires, charte de l’enfant hospitalisé, le nouveau manuel de certification des établissements de santé (V2020), encouragent cette présence.

> Voir la Charte de l'enfant hospitalisé

Si vous hésitez à rester ?

Vous avez peut-être peur d’être impressionné et de ne pas pouvoir soutenir votre enfant. Pourtant il est très souvent possible de vous installer dans la salle de soins ou d’examen pour que vous puissiez voir ou parler à votre enfant sans visualiser ce que fait le soignant (la seringue, la plaie…).

> Voir le dossier de conseils Bien m'installer avec mon enfant lors d'un soin.

Vous pouvez essayer de rester, et sortir de la pièce si jamais vous vous sentez mal à l’aise. Il suffit d’en avoir au préalable informé votre enfant et l’équipe soignante. Vous pouvez aussi rester dans la pièce à côté en demandant que la porte reste ouverte pour entendre ce qui se passe et vous sentir libre d’entrer.

Si vous ne voulez pas ou ne pouvez pas être présent ?

C’est tout à fait votre droit. Ne culpabilisez pas, cela ne doit jamais être une obligation.

Dans tous les cas, vous pouvez jouer votre rôle de soutien auprès de votre enfant avant et après le soin : le rassurer, le consoler, le féliciter. L’équipe soignante fera son maximum pour prendre en charge votre enfant lorsque vous ne pouvez pas être présent.

La prise en charge de la douleur

Si l’examen est présumé douloureux, les équipes soignantes disposent maintenant de nombreux moyens pour éviter ou soulager la douleur. Certains soins ne sont pas a priori douloureux, mais ils peuvent être impressionnants, longs, bruyants ou inconfortables et pour les enfants la frontière entre peur et douleur est mince…

> Voir aussi le dossier Les moyens de soulager la douleur

 

Ce que vous pouvez faire pendant l’examen, le prélèvement, le soin

L’aider à comprendre et à s’exprimer

Quand les professionnels s’adressent directement à lui, aidez votre enfant à s’exprimer, mais sans parler à sa place ni orienter ses réponses. Laissez-lui le temps, n’intervenez que s’il ne peut répondre lui-même ou pour préciser ses dires. Il est important que votre enfant se sente associé à la démarche. Cela augmentera les chances de succès des traitements. Si votre enfant semble ne pas comprendre ce que les soignants lui demandent ou lui expliquent, reformulez leurs propos avec vos mots à vous.

Rassurer votre enfant et le distraire

"Il était une fois" - Extrait du guide "Aïe j'ai mal"Chaque soignant a ses “trucs” pour que les moments parfois impressionnants ou désagréables se passent bien, par exemple mimer le geste sur une poupée ou un nounours, chanter, claquer des doigts. Mais en tant que parents, après vous être concertés avec les soignants, vous pouvez aussi aider à rassurer ou distraire votre enfant de multiples façons.

Quelques idées pour rassurer ou distraire votre enfant :

  • Vous installer à proximité ou faire en sorte qu’il vous voie, (dans certains lieux comme en radiographie, c’est parfois difficile…).
  • Le toucher, lui tenir la main, ce qui est très rassurant, particulièrement s’il a un champ opératoire sur le visage. Les tout-petits seront rassurés et se sentiront en sécurité par le fait de rester en contact physique avec vous. Par exemple, l’échographie peut se faire votre bébé allongé sur vous, le test de Guthrie alors que vous lui donnez la tétée, le vaccin alors que vous le tenez dans les bras…
  • Lui parler, l’écouter et l’encourager.
  • Chanter pour lui ou avec lui, lui faire écouter ses musiques préférées.
  • Lui raconter une histoire, lui lire un livre…
  • Blaguer, le faire compter à l’envers…
  • Faire des bulles de savon.

> Voir aussi le dossier Distraire mon enfant lors d'un soin, d'un examen

    Ce qu’il est préférable de dire ou ne pas dire

    Évitez de nier les sensations exprimées par votre enfant « mais non, ça fait pas mal », en particulier au sujet de la douleur si elle est prévisible ou de lui dire « N’aies pas peur » car en fait il risque plutôt de retenir les mots « mal » et « peur »…

    Ne le grondez pas ou ne le menacez pas de quitter la pièce s’il pleure ou s’il crie. Il est possible en effet que votre enfant pleure ou manifeste plus sa détresse ou sa colère du fait que vous soyez présent, mais c’est parce qu’il se sent en confiance pour exprimer ses émotions et c’est important qu’il puisse le faire.

    Sur le moment, ce n’est pas efficace de le plaindre « Mon pauvre chéri c’est difficile ce qu’on te fait », l’important est qu’il sache ce qu’on va lui faire, qu’il sente votre présence (que ce soit en le touchant ou en lui parlant), que les moyens pour avoir moins mal soient utilisés et qu’on l’aide à se distraire, à se relaxer, à penser à autre chose.

    C’est après la fin du geste que vous pourrez le consoler et compatir si c’était difficile.

    Le maintien - la contention

    Si jamais les soignants vous demandent de les aider à tenir votre enfant, soyez vigilant à le faire avec la plus grande douceur, à ne pas l’immobiliser fermement (ce qui, de toute façon, est le plus souvent inefficace. En général, ces tentatives provoquent au contraire l’agitation de l’enfant !).

    Si votre enfant n’arrive pas à se calmer

    Il peut arriver que votre enfant pleure, s’agite, même quand tous les moyens disponibles ont été mis en œuvre pour l’aider. Lorsque c’est possible, interrompre le geste pour laisser l’enfant se calmer, peut permettre de faire une nouvelle tentative dans de meilleures conditions.

    Mais si le soin ou l’examen doit être fait sans tarder, vous et les professionnels aurez fait votre maximum pour le soulager et c’est important.

    Ne demandez pas à votre enfant d’approuver et d’être d’accord avec ce que l’on va lui faire surtout si l’examen est difficile à vivre. C’est son droit de ne pas en avoir envie et de le faire savoir, mais c’est de votre responsabilité et de celle du médecin de faire cet examen s’il est nécessaire, en limitant au maximum la douleur.

     

     

    Ce que vous pouvez faire après l’examen, le prélèvement, le soin

    "Viens dans mes bras" - Extrait du guide "J'aime pas les piqûres"Si cela a été difficile, vous pouvez consoler votre enfant et dans tous les cas, le féliciter.

    Quand l’examen est passé, prenez le temps et encouragez votre enfant à exprimer son avis sur la façon dont s’est déroulé l’examen, ce qu’il a aimé ou pas aimé, ce qu’il a compris ou pas compris, s’il a le sentiment que l’on s’est bien occupé de lui, s’il aurait préféré que cela se passe autrement, ce qui aurait pu l’aider.

    En effet, votre impression n’est pas obligatoirement la même que celle de votre enfant : vous pouvez déduire de son comportement que cela a été très difficile pour lui (il a pleuré, il était agité…), alors que finalement il a très bien vécu l’examen, le prélèvement ou le soin et inversement avoir le sentiment que tout s’est bien passé alors qu’il a eu très peur ou mal et n’a pas osé le dire sur le moment.

    Toutes ces informations vous seront utiles et précieuses pour transmettre ses éventuels souhaits aux soignants lors d’une prochaine consultation, examen, prélèvement ou soin.

    Certains enfants, surtout vers 4 ans, aimeront jouer au docteur ou mimer l’examen sur une poupée, une peluche ou leur doudou. Vous pouvez mettre à leur disposition une mallette de docteur, des jeux, leur proposer de dessiner.

     


    Auteur

    Françoise Galland, directrice et co-fondatrice de l'association SPARADRAP

    Avis

    Vous souhaitez réagir sur ces textes, proposer des ajouts, des modifications, nuancer certains propos… N’hésitez pas à nous contacter via le formulaire de contact ! Vos remarques sont les bienvenues et elles seront précieuses pour améliorer ou actualiser ces conseils et ainsi, vous aider au mieux.

     

    Mise à jour : septembre 2018

    Documents

    Fiche La prise de sang

    Voir le détail

    Fiche Les vaccins

    Voir le détail

    Fiche Les points de suture : comment avoir moins mal ?

    Voir le détail

    Fiche La ponction lombaire

    Voir le détail

    Fiche L'examen EEG

    Voir le détail

    Fiche La fibroscopie digestive haute

    Voir le détail

    Fiche La sonde naso-gastrique

    Voir le détail

    Fiche Passer une radio

    Voir le détail

    Fiche La cystographie rétrograde

    Voir le détail

    Fiche L'examen IRM

    Voir le détail

    Fiche Le cathéter central

    Voir le détail

    Fiche Les injections de toxine botulique

    Voir le détail

    Fiche Comment vivre avec un plâtre du bras ou de la jambe ?

    Voir le détail

    Guide Soins et examens douloureux : comment aider bébé ?

    Voir le détail

    Liens utiles

    Sur l'espace Enfants du site

    > Voir Le dico de la santé, la rubrique sur Les piqûres et la nouvelle rubrique sur L'Hôpital.