Mon enfant va passer une radio

Votre médecin a prescrit une radiographie à votre enfant : de quoi s'agit-il ?
Ce dossier vous explique à quoi sert cet examen, comment il va se dérouler, ce qui peut être difficile pour votre enfant et ce que vous pouvez faire pour l’aider.

 

 

 

Qu'est ce qu'une radiographie ?

Appareil servant à réaliser des radiographiesLa radiographie classique (ou conventionnelle), est un examen d'imagerie médicale qui utilise des rayons X. La partie du corps à examiner est placée devant une plaque où l'image se forme grâce aux rayons envoyés par l'appareil de radiographie. Une radio permet de voir les membres, la colonne vertébrale, le crâne et les poumons, mais aussi l’appareil urinaire ou digestif grâce à l’utilisation d’un produit de contraste.

 

Comment se déroule une radiographie ?

Avant l’examen

Le.la manipulateur.trice vous accueille avec votre enfant et lui explique ce qu’il.elle va faire et pourquoi.

Si nécessaire, on lui demande d'enlever certains vêtements ainsi que les objets métalliques présents sur la partie du corps à examiner : montre, bijoux, lunettes, barrettes...

On l’installe ensuite dans la bonne position (allongé, assis ou debout selon l’examen demandé et l’âge de votre enfant). Pour qu’il soit confortablement installé, on peut utiliser des coussins ou des cales. Pour maintenir votre enfant dans la bonne position et éviter toute chute, on utilise aussi parfois des bandes ou des sacs de sable.

Si c’est nécessaire, on protège les parties du corps de votre enfant qui ne sont pas examinées avec un tablier, un pagne (jupe) ou des protections souples en tissu spécial (avec du plomb qui protège des rayons X).

Le.la manipulateur.trice positionne ensuite le tube de l’appareil de radiographie face à la partie du corps à examiner.

Pendant l’examen

Le.la manipulateur.trice  se place derrière une vitre et actionne à distance l'appareil de radiographie. On demande à votre enfant de ne plus bouger, parfois de bloquer sa respiration pendant quelques secondes.

Après l’examen

Quand les clichés sont réalisés, votre enfant peut bouger et changer de position mais ne se rhabille pas tout de suite, le temps que le médecin radiologue vérifie que la radio est bonne. Si c’est nécessaire, le.la manipulateur.trice peut être amené à refaire une nouvelle radio.

Quand on vous l’indique, votre enfant peut se rhabiller.

Le médecin radiologue analyse les clichés et vous donne oralement les premiers résultats. Il rédige un compte-rendu et adresse une lettre au médecin qui a prescrit la radio.

 

 

Combien de temps dure l’examen ?

La réalisation du ou des clichés est très rapide (quelques secondes).

Mais si on compte le trajet, le temps d’accueil, l’attente et une éventuelle utilisation de produit de contraste… il faut souvent prévoir quelques heures.

Cela demande de bien vous organiser, en particulier si vous avez d’autres enfants, car leur présence dans le service de radiologie n’est pas acceptée.

 

 

Est-ce que vous pouvez assister à l’examen ?

Oui, un des parents peut rester avec l’enfant durant tout l’examen, s’il le souhaite, à l'exception des mamans enceintes ou susceptibles de l’être. Si c’est votre cas, pensez à faire accompagner votre enfant par un autre adulte.

Le parent ou la personne présente doit porter un tablier de protection spécial ou rester derrière la vitre de protection au moment où l'on fait la radio.

 

 

Ce qui peut être difficile pour votre enfant

L’environnement

Il est souvent austère et la taille des appareils et les bruits peuvent être impressionnants pour un enfant. Mais même si l'appareil bouge, il ne le touchera en aucun cas.

Le matériel où l'enfant est installé est froid et il fait frais dans la salle d’examen (pour le bon fonctionnement des appareils). En cas de besoin, on peut proposer à votre enfant une couverture.

L'obligation de rester immobile

C’est parfois difficile pour un enfant de ne pas bouger, surtout quand il est dans une position désagréable, même quand on l’a bien installé. Mais c’est essentiel pour avoir une radio de bonne qualité (si le cliché est flou il faut recommencer).

Si cela semble trop long à l’enfant, on peut lui proposer de remuer ses orteils ou le pouce de la main, quand cela ne gêne pas l’examen.

Il est important de garder un contact par la parole avec l’enfant tout au long de l’examen pour le distraire ou le rassurer. Dans tous les cas, il peut dire quand ça ne va pas : la plupart du temps, le.la manipulateur.trice trouvera une solution.

Quand votre enfant a mal

Si la radio est demandée parce que votre enfant a une fracture ou un mal de ventre inexpliqué par exemple, le service des urgences ou d’hospitalisation lui donne un médicament anti-douleur avant d’aller en service de radiologie. On agit de même lorsqu’on sait que l’enfant risque d’avoir mal quand on le déplace ou qu’on le change de position.

L'utilisation d'un produit de contraste

Pour radiographier certains organes (estomac, vessie…), il est nécessaire d’utiliser un produit de contraste (à boire, à injecter par perfusion, par sonde…).

Si une injection est nécessaire, on vous proposera de mettre de la crème anesthésiante à l’endroit ou la piqûre va être faite, sous forme de patch ou de crème, à poser au moins une heure avant. Pour un nourrisson, on peut lui faire téter une solution sucrée ou l’allaiter pendant la piqûre.

Si la pose d'une sonde est nécessaire (c'est le cas, par exemple, pour effectuer une cystographie), une préparation et un accompagnement adaptés sont alors très importants pour l’enfant. Comme lors de tout examen désagréable ou qui risque de provoquer des douleurs, on peut lui proposer de respirer un mélange gazeux (le MÉOPA) dans un masque pour le détendre et le soulager.

Certaines équipes de radiologie pédiatrique sont formées en ce sens et le médecin qui prescrit l’examen pourra vous orienter.

Voir aussi la fiche illustrée SPARADRAP  "La cystographie"

Fiche La cystographie> Feuilleter en ligne la fiche La cystographie

> Commander la fiche La cystographie en version papier

 

 

 

 

Comment aider votre enfant ?

Avant l’examen

Informer votre enfant est très important : s’il a bien compris la nécessité et le déroulement de l’examen, il coopère plus facilement. Notre fiche illustrée peut vous y aider :


Fiche "Passer une radio"> Feuilleter en ligne la fiche Passer une radio

> Commander la fiche Passer une radio en version papier.

 

 

 

Vous pouvez aussi “jouer à la radio” avec lui (grâce à des figurines par exemple) et l’entraîner à faire la “statue“ et à bloquer sa respiration un court instant. Cette méthode de préparation, où l’enfant peut découvrir l’examen en jouant à faire “comme pour de vrai“, est très efficace.

Pour le confort de votre enfant, mettez-lui des vêtements faciles à enlever. Si l’examen le permet, proposez-lui un repas ou une collation une heure avant pour qu’il n’ait pas faim et veillez à lui faire faire pipi.

Pour certains examens, une préparation spécifique est nécessaire (être à jeun, arriver à l’avance…). L’équipe de radiologie ou le médecin le précise lors de la prise du rendez-vous.

Pendant l’examen

Votre enfant peut garder avec lui un objet familier, son doudou ou sa tétine pour le rassurer.
Vous pouvez rester près de lui, lui parler pour garder le contact et l’apaiser.

Après l’examen

Parlez ensemble de ce qui vient de se passer ; expliquez une fois de plus pourquoi l‘examen était nécessaire.

Dans tous les cas, félicitez votre enfant d’avoir fait son possible pour coopérer, ou d’avoir dit ce qu’il ressentait.

Si l’examen a été difficile, pour éviter de retenir un souvenir négatif, vous pouvez chercher avec lui (dans la mesure du possible) un aspect positif à retenir de cette expérience.

Certains enfants aimeront, dans les jours qui suivent, “jouer à la radio” avec une peluche ou la dessiner.


> Voir aussi le dossier de conseils "Comment aider mon enfant lors d'un soin"

 

 

Les rayons X sont-ils dangereux ?

Les doses utilisées sont les plus faibles possibles. Néanmoins, les doses de rayonnement (naturel ou médical) s’accumulent. Chaque examen d’imagerie médicale est donc toujours prescrit par votre médecin uniquement s’il est indispensable pour la santé de votre enfant.

De plus, des précautions sont prises pour limiter au maximum la zone radiographiée et protéger les parties du corps qui ne sont pas examinées.

De votre côté, gardez tous les anciens résultats d’examen d’imagerie médicale et apportez-les le jour de la consultation ou de l’examen : cela permet d’éviter de refaire une radio inutilement et de suivre l'évolution de la situation.

Page du carnet de santé 2018Après l’examen, vous pouvez noter la date de la radio dans son carnet de santé sur la page intitulée “Examens radiologiques“.

 

 

 

 


Auteurs

  • Caroline Ballée, chargée de communication web, association SPARADRAP, webmaster@sparadrap.org
  • Dominique Ferréol, retraitée de la HAS, chef de projet et chargée d’études AP-HP, bénévole à SPARADRAP
  • Françoise Galland, directrice de l'association SPARADRAP, francoise.galland@sparadrap.org

Relecteurs création 2014 :
Dr Jacky Dekens, anesthésiste-réanimateur au CHU d’Amiens ; M. Fabien Voix, président de l’AFPPE (Association Française du Personnel Paramédical d’Electroradiologie) ; Mme Cathy Thibaut, Rédactrice en chef de la revue professionnelle AFPPE "Le Manipulateur d'imagerie médicale et de radiothérapie" ; Mme Cécile Etard, responsable de l’Unité d'Expertise en radioprotection Médicale de l’IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire)

Photos : photos SPARADRAP prises à l’hôpital pédiatrique Robert Debré à Paris + photos libres de droit wikipédia

Mise à jour 2020 : Caroline Ballée et Sandrine Herrenschmidt, association SPARADRAP


Avis
Vous souhaitez réagir sur ces textes ? N’hésitez pas à nous contacter via le formulaire de contact !

Dossier créé en octobre 2014 - Mis à jour en mars 2020

 

Cet article  vous a aidé ? Aidez-nous à continuer !

 

Documents

Fiche Passer une radio

Voir le détail

Fiche La cystographie rétrograde

Voir le détail

Liens utiles

Sites extérieurs :

Bibliographie

Pour aller plus loin...

Guide du bon usage des examens d’imagerie
SFR (Société Française de Radiologie)
Utiliser ce guide permet de connaître, à partir du nom d’une pathologie, si un examen d’imagerie est recommandé ou non et quel est son niveau d’irradiation. Le grade de recommandation des examens est exprimé par les lettres* (A, B, C ou AE). Le niveau d’exposition aux radiations est indiqué par des chiffres romains : 0 (rien), I, II, III ou IV.
* ce classement s'appuie sur l'analyse des publications internationales selon une gradation scientifique.

La communication sur les risques liés aux radiations en imagerie pédiatrique
OMS (Organisation Mondiale de la Santé), 2016.
Informations pour étayer le débat sur les bénéfices et les risques dans le cadre des soins de santé

 

Mise à jour : février 2020