Les professionnels

Quand j’ai vu la réaction de l’enfant à la fin du soin, c’était le plus beau MERCI que j’ai reçu.

J’ai suivi les formations SPARADRAP Informer par le jeu et la distraction des enfants lors des soins. […] Maintenant dans le service, on a complètement changé nos pratiques : on soigne que avec de la distraction, on conçoit plus de ne pas informer un enfant avant les soins parce que pour nous, c’est deux minutes de prises qui ont une valeur essentielle. C’est vraiment gratifiant de soigner comme ça. La contention chez nous, aujourd’hui c’est inconcevable.

Mylène, puéricultrice, Hôpital de Zuydcoote

 

 

Véronique LesageDans ma pratique d'anesthésiste en pédiatrie...

...l’information des enfants à la consultation de pré-anesthésie est fondamentale. Elle permet d’expliquer à l’enfant et à ses parents tout le par-cours le jour de l’intervention. Il est démontré que les explications avec supports papier ou vidéo, avec des illustrations, sont ce qu’il y a de mieux.

Personnaliser la relation avec la famille place réellement l’enfant au centre du soin. Un enfant non informé, non préparé, est toujours craintif, anxieux et va vivre l’expérience de manière négative, il en gardera un mauvais sou-venir, et ses parents aussi. L’inverse est bénéfique pour tout le parcours de soin de l’enfant.

Dr Véronique Lesage, médecin anesthésiste réanimateur, CHU pédiatrique de Tours

 

 

J’ai connu cette période où les enfants avaient très peu d’informations...

On avait des enfants agités, qui ne comprenaient pas, ne se laissaient pas faire et où, malheureusement, on pouvait dériver vers la contention. En expliquant à un enfant et sa famille ce qui va se passer, on va baisser le niveau de stress, on va les rendre moins anxieux, alors que le contraire est catastrophique. Cela peut compromettre complètement tous les soins à l’avenir.

Dr Catherine Devoldère, pédiatre, oncologue, présidente de SPARADRAP

 

 

Baptiste BeaulieuAlors voilà, ce matin, grâce à l’association SPARADRAP...

...j’ai compris que, quand l’infirmière tape la main d’un enfant pour faire apparaître les veines, l’enfant retient juste qu’on le tape “Alors que je n’ai pas fait de bêtises“. Ce matin, j’ai entendu un enfant me dire “Pourquoi, quand j’ai mal, on me dit “Chut” ou “Ça va aller” ou “Mais non, mais non” ? ” Et je n’ai pas su répondre. Ce matin, j’ai entendu “Et pourquoi ils sont entrés dans ma chambre cette nuit ?“ - Parce que tu avais de la fièvre. “Ils m’ont fait peur. Ils sont entrés dans ma chambre mais moi je dormais bien et ils ont commencé à me faire des trucs. J’aurais voulu qu’on m’explique avant de me toucher. Je ne veux plus être surpris comme ça.”

Ce matin, j’ai compris que les enfants préfèrent savoir qu’ignorer et préfèrent anticiper qu’être pris au dépourvu. Ce matin j’ai appris que dire à un enfant “C’est pas grave” avant une prise de sang est injuste et idiot. C’est son sang, sa douleur, son ressenti. C’est donc à l’enfant de décider si c’est grave… Ou pas ! Parce que “c’est un morceau de moi qu’ils ont emmené”. Ce matin, j’ai appris que j’avais beaucoup à apprendre sur les enfants, que les enfants n’étaient ni plus bêtes ni moins compréhensifs que les adultes, mais que les enfants sont… des enfants. Merci aux travailleurs/travailleuses de l’association SPARADRAP.

Baptiste Beaulieu, médecin et écrivain. Voir son blog "Alors Voilà".

 

 

SPARADRAP a beaucoup œuvré pour que les parents soient des collaborateurs...

... et pour qu’ils soient présents lors des soins. Il y avait beaucoup de résistance…
Il y a de nombreuses études qui montrent que la présence des parents ne perturbe pas les soins, rassure, et que la douleur peut être diminuée.
On a beaucoup travaillé aussi pour promouvoir l’évaluation de la douleur chez les enfants avec des outils validés.

Dr. Elisabeth Fournier-Charrière, pédiatre spécialiste de la douleur - Hôpital Bicêtre

 

 

SPARADRAP est un guide pour les soignants dans le monde des enfants malades

Petite fille à qui l'on fait une piqure avec distractionSPARADRAP guide les enfants dans le monde de la santé mais c’est aussi un guide pour les soignants dans le monde des enfants malades.
Lors de mon premier stage en pédiatrie, j'ai été confrontée au refus de soin d’un petit garçon. Cherchant des solutions sur le net, je suis tombée sur le site de l’association. Je ne pensais pas trouver autant de réponses à mes questions et j’ai surtout été rassurée de voir qu’il s’agissait d’une réelle problématique qui touchait d’autres personnes que moi. Cela a été une révélation et je suis ainsi devenue adepte de la distraction lors des soins, m’appuyant sur les conseils donnés sur le site. Aujourd’hui, jeune infirmière en pédiatrie, SPARADRAP m’aide tous les jours à améliorer ma prise en soin. Je me sens moins seule et je n’hésite plus à m’appuyer sur certains conseils que j’ai pu lire pour faire face à certaines situations comme la réalisation d’un soin douloureux. Tout cela rend plus légitime ma façon de voir et de réaliser les soins, que ce soit face à l’enfant, aux parents ou à mes collègues. Ainsi, je me sens plus armée et j’ai davantage confiance en ma pratique.

Chloé, infirmière en service d'immunologie-hématologie à l'hôpital Necker-Enfants malades.